Arts et Spectacles > Assieds-toi, brigadier !
Arts et Spectacles
par Evelyne Trân le 4 avril 2022

Assieds-toi, brigadier !

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6345

Les chaises d’Eugène Ionesco





Mise en scène Stéphanie TESSON
Avec Catherine SALVIAT
Jean-Paul FARRÉ
Alejandro GUERRERO ou Jade BREIDI
Assistante à la mise en scène Émilie CHEVRILLON
Lumières François LOISEAU
Costumes Corinne ROSSI
Peinture sur costumes Marguerite DANGUY DES DESERTS

Comment ne pas se rappeler ces jeux d’enfance où il suffisait de dire « Aujourd’hui nous partons à la mer » et aussitôt la véranda se transformait en plage, le carrelage se soulevait et nous brûlait les pieds. Nous guettions le précipité des vagues mais nous savions très bien que nous jouions et que notre petit jeu, feu d’artifice ne pouvait gommer le monde extérieur, les adultes et le bruit des actualités. Et la mer que nous avions souhaitée heureuse se teintait de mélancolie. Le charme était rompu dès lors que nous avions compris que nous jouions.

Ce préambule pour souligner que les personnages des Chaises de Ionesco peuvent nous renvoyer à l’enfance, à cette inquiétude grandissante du monde extérieur que l’imagination la plus étourdissante ne peut évacuer.

L’intrigue de la pièce peut se résumer en une phrase : Deux petits vieux donnent une réception. Les invités très nombreux sont représentés par des chaises.

Juste une parenthèse ! Qui sont les spectateurs qui viennent assister à une représentation d’une pièce de Ionesco ? Font-ils partie de ces personnes qui ne répondent pas au Bonjour que leur lance un inconnu ou une inconnue ? L’inconnue au sourire niais passe inaperçue. Elle voudrait dévisager tous les visages mais c’est impossible. Il y a trop de gens bien élevés autour d’elle. Elle a de la chance, elle est énervée, elle ne retrouve pas son ticket planqué dans son portable alors elle l’injurie méchamment. Des dames choquées manifestent leur désapprobation. Elle leur rétorque « Ce n’est pas à vous que je parle, c’est à mon portable ». Tout de même, songe-t-elle, voilà des personnes qui vont au théâtre et qui ignorent qu’il est possible de s’en prendre à un objet.

La pièce peut se prêter à de multiples interprétations tangibles ou intangibles. A mon sens, ce sont des coups de sang que met en scène Ionesco. Le pourquoi et le comment sont d’ordre fictionnel et dépendent des humeurs des protagonistes, metteurs.res en scène, comédiens.nes, public tous.tes confondus.es.

Dans la mise en scène de Stéphanie TESSON, le jeu des comédiens est si démonstratif, si coloré (les costumes sont superbes) que nous en oublions les personnages principaux, les chaises. Tout ce silence que pourraient invoquer les chaises, ce vide si précieux quelque part comme le sentiment de la page blanche est annihilé au profit de la logorrhée du Vieux et de la Vieille qui déploient une énergie incroyable pour afficher leur existence. De la cacophonie de leurs échanges, de leurs efforts tragi-comiques pour faire jaillir de leur bouche d’invraisemblables invités, ressort leur détresse, ou leur folie au choix.

L’homme qu’interprète Jean-Paul Farré joue avec aplomb le maître de cérémonie. La femme – Catherine Salviat étonnante – a du mal à le suivre, elle est la petite sœur qui voudrait mimer le grand frère. Elle ne fait qu’obéir en somme au grand ordonnateur, elle va chercher les chaises.

Les chaises étaient lourdes à déplacer. C’est tout de même très physique cette histoire. Physiquement, c’était un exploit, physiquement, c’est la vie. Théâtre de guignol, oui ce guignol cher à la mémoire de Ionesco, pourquoi pas !
Quant aux chaises vides, ces bancs publics, cette hallucination qui peut saisir quiconque observe dans un bus ou un métro tous les gens qui vont s’asseoir l’un après l’autre sur le même siège en un tour de main, dites-vous que cela appartient au fantastique de la réalité comme chez Ionesco !

Le 4 Avril 2022
Evelyne Trân

Au Théâtre de Poche-Montparnasse 75 BD du Montparnasse 75006 PARIS -À partir du 10 février 2022 Représentations du mardi au samedi 21h, dimanche 15h
PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Le brigadier se voyait déjà...
Le massage n’est pas pour le brigadier
C’est les autres... dont le brigadier
Une table pour le brigadier
Brigadier, aimez-vous Brahms ?... ou Sagan ?...
Dans le bistrot d’Alphonse, le brigadier paye un verre.
Le poète des rues
Le flûtiste et la colombe.
Le brigadier se "ballade" à Paris
Témoignage d’une passagère d’autobus
Le brigadier se met à table
le brigadier va piano
Quoi ! Quoi ! quoisse le brigadier fou.
Le brigadier qui ne dit mots, passant...
Le brigadier, festivalier en Avignon
Le brigadier se fait faire la lecture
REPAS DE SOUTIEN AU PROCES DE TRAN TO NGA
Un spectacle musical pour le brigadier
Mais de quoi as-tu l’air ?
Quand le brigadier "rewind" la dernière bande
Le Brigadier connait-il Nora ?
Le brigadier se souvient de ce temps-là
Marguerite et le brigadier
Belle rencontre pour le brigadier
La femme est l’avenir du brigadier
S’accompagnant d’un doigt ou quelques doigts le brigadier se clowne.
Le brigadier au chevet
Le brigadier et le sourire noir de Mémé
Ne Bruscon pas le brigadier...
Le nouveau brigadier
Brigadier, écoute... Elles te parlent...
AY Brigadier !
Le brigadier témoin de l’Histoire
Joséphine BAKER. Les dernières années. La renaissance d’une étoile.
Le brigadier nous dit qu’au milieu coule une frontière
Un livre : Correspondance avec la Mouette Anton TCHEKHOV et Lydia MIZINOVA
En hiver, le brigadier songe à une mouette en avril
Le Brigadier à perdre la raison
Le brigadier aux violons
Joséphine Baker racontée par un de ses enfants
Le brigadier et lui
Un brigadier slave
Le brigadier sur l’autre rive
Brigadier, un double !
Le brigadier, en attendant Antigone...
Agent orange : un film.
Le brigadier connaît la chanson
La passeggiata del brigadiere a Roma, città aperta
Conférence de soutien à Tran To Nga
Le brigadier a l’âme slave
Le soleil n’a pas encore disparu !
Des nouvelles du procès de Tran To Nga contre les fabricants de l’agent orange
Le brigadier en ce début d’octobre
Le brigadier rencontre Romain Gary
Le brigadier rencontre Camus
Le brigadier du temps perdu
La rentrée du brigadier
Exposition sur l’agent orange
Affect ou éthique?
Le vigile et la flûte traversière
Le brigadier a-t-il son pass ?...
Poupée en chiffons
Quand le brigadier rencontre Proudhon et Courbet
Bon anniversaire Francis Blanche !
Le brigadier toujours en Avignon
le brigadier festivalier
Le brigadier en Avignon
Le brigadier pour ce premier jour d’été
le brigadier de la mi-juin
Le brigadier frappe à la porte du ML
Ecoutez, c’est le brigadier...
Les voilà, Les trois coups du brigadier
Procès intenté par Madame TRAN To Nga à l’encontre de 14 firmes américaines.
L’agent orange-dioxine. Le tribunal d’Evry fait la sourde oreille
V’la le brigadier qui va reprendre du service
???? Cascade d’un poème ou quelle mouche te pique ????
L’agent orange-dioxine
Histoire d’un maillon faible
Vive les librairies d’occasion !
De Déborah Levy à George Orwell
Le printemps de la poésie
Les chants révolutionnaires d’EUGENE POTTIER (1816-1887)
Ma Chère Montagne
Ma terre empoisonnée de Tran To Nga
Les Grandes Traversées d’Helen JUREN
Brigadier même pas mort !
D’Anne Sylvestre à Camus
L’agent orange-dioxine : Résumé du procès qui a débuté ce 25 Janvier 2021 à Evry.
L’agent orange-dioxine
Passé, présent, futur
Pour qui vous prenez-vous ?
Bas les masques !
Les mots parlent d’eux mêmes
En attendant Godot... Isabelle Sprung.
Histoire de bus.
le brigadier tapera trois fois
Un biptyque
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Candide, le brigadier ?
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler