Actus anarchistes > Camarde versus camarade
Actus anarchistes
par bernard le 17 août 2020

Camarde versus camarade

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5051

M ort de Stuart Christie, refondateur de la Croix Noire anarchiste [note] en 1967 et fondateur du journal Black Flag en 1970.
De toute sa vie de militant anarchiste, on signalera qu’en 1964, il avait échappé au garrot vil en Espagne. Il avait 18 ans.
Mais laissons à Stuart Christie le soin de nous le raconter. Il vous parlera de sa rencontre avec Octavio Alberola. A la fin de cet article un lien pour le témoignage d’Octavio à l’annonce de cette foutue mauvaise nouvelle.

Extrait du livre de Stuart Christie, Granny Made Me An Anarchist :




« Mon estomac s’est retourné. Quelque chose avait mal tourné …
Le 6 août 1964, tout était prêt pour ma mission. Mon billet avait été réservé dans le train de nuit Paris-Toulouse. J’ai rencontré Bernardo et Salvador, mes contacts anarchistes espagnols de Londres, à la place d’Italie, et de là nous avons descendu la rue Bobilot et dans une petite rue étroite et négligée avec des immeubles gris et sales.
S’assurant que nous n’avions pas été suivis, Salva frappa à la fenêtre à rideaux du rez-de-chaussée et, lorsque la porte s’ouvrit, trois personnes étaient déjà dans la salle. Deux étaient assis, l’un d’eux que j’ai reconnu comme Octavio Alberola, le coordinateur charismatique du groupe anarchiste clandestin Defensa Interior, et l’homme sur les épaules duquel reposait la responsabilité et la réussite de l’opération contre Franco. Le troisième homme, appelé “le chimiste”, était debout près de l’évier, portant des gants en caoutchouc, mesurant et versant des produits chimiques.
Ayant soif, je suis allée chercher de l’eau à l’évier, et j’étais sur le point de mettre un verre à mes lèvres lorsque le pharmacien s’est retourné et a vu ce que je faisais. Il m’a crié de m’arrêter et s’est précipité à travers, enlevant soigneusement le verre de mes mains, expliquant qu’il venait d’être utilisé pour mesurer l’acide sulfurique pur.
Secouée, je me reculai pour m’appuyer sur le buffet et allai allumer une cigarette. Cela a déclenché une autre réaction tout aussi volcanique de la part du chimiste en expliquant que le tiroir du buffet était plein de détonateurs.
Je me suis retiré à table et j’ai été très prudent après cela.
Le chimiste a placé sur la table cinq plaques de ce qui ressemblait à des barres de grande taille de la tablette faite maison de ma grand-mère (un caramel écossais friable semblable à du fudge au beurre), chacune contenant 200 grammes d’explosif en plastique, ainsi que des détonateurs.
Alberola a passé en revue les détails de l’opération pendant que Salva traduisait. Mon travail consistait à livrer les explosifs au contact, accompagnés d’une lettre qui m’était adressée, que je devais récupérer dans les bureaux d’American Express à Madrid. Puis, lors d’un rendez-vous sur la place de Moncloa, le contact m’identifirait par un mouchoir enroulé autour d’une de mes mains. Il s’approcherait de moi et me dirait : “Qué tal?” (“Comment vas-tu?”), Auquel je devrais répondre, “Me duele la mano” (“J’ai mal à la main”).
Je ne parlais pas espagnol, donc pour éviter l’embarras d’oublier mon texte, Octavio a écrit les mots pour moi, ainsi que toutes les instructions. (Ce fut, avec le recul, extrêmement insensé.) Une fois que le contact s’était identifié, je devais remettre le colis, avec la lettre, et partir immédiatement.
Mon train est arrivé en gare de Toulouse peu avant l’aube le vendredi 7 août après une nuit moite et inconfortable. Après un café et un croissant, j’ai pris un train pour Perpignan. Ici, je me suis préparé pour franchir la frontière ; Je ferais du stop le reste du chemin pour Madrid.
La meilleure façon de prendre les explosifs, pensai-je, était sur mon corps, pas dans mon sac à dos au cas où il serait fouillé par un douanier pointilleux. A Perpignan, j’ai trouvé les bains publics et payé une cabine. Après un bain chaud et toujours nu, j’ai déballé les plaques de plastique et les ai collées sur ma poitrine et mon ventre avec des élastoplasts et du ruban adhésif.
Les détonateurs étaient enveloppés dans du coton et cachés à l’intérieur de la doublure de ma veste.
Avec l’explosif en plastique attaché à moi, mon corps était probablement déformé. La seule façon de me déguiser était avec le pull en laine ample que ma grand-mère avait tricoté pour me protéger des vents mordants de Clydeside.
J’ai traversé la périphérie de Perpignan jusqu’à ce que j’arrive à un carrefour avec un panneau routier indiquant l’Espagne. Après ce qui semblait être des heures, une voiture s’est arrêtée. Elle était conduite par un voyageur de commerce anglais d’âge moyen de Dagenham. Il allait
à Barcelone.
Il est vite devenu évident que sa charité était motivée dans une large mesure par un intérêt personnel éclairé. Tous les kilomètres, la vieille voiture s’arrêtait et je devais sortir dans la chaleur du soleil méditerranéen d’août et pousser la voiture jusqu’à ce que nous la fassions redémarrer. Entre la poussée d’une voiture et le pull de grand-mère, la sueur a commencé à rouler sur moi. Le ruban étanche n’avait pas encore été inventé et les paquets de plastique enveloppés de cellophane ont commencé à glisser de mon corps.
La circulation était dense lorsque nous avons atteint Le Perthus, le col de montagne frontalier le plus fréquenté d’Espagne. C’est là que nous devions passer un contrôle douanier. De l’autre côté se trouvait l’Espagne fasciste.
Après avoir fait la queue pendant une éternité à battre les intestins, j’ai dû encore pousser la voiture pendant que deux gardes civils au visage austère, avec des chapeaux à trois coins en cuir verni brillant et des mitraillettes à la main, me regardaient de haut en bas. J’ai remis mon passeport au garde-frontière pendant que les douaniers examinaient le coffre et fouillaient derrière les sièges de la voiture.
“Pourquoi êtes-vous venu en Espagne ?”
” Turista ! ” j’ai répondu, espérant que mon accent ne le faisait pas sonner comme “terroriste”.
Une paire d’yeux sombres me regarda avec suspicion pendant un moment avant que le tampon ne descende enfin sur le passeport.
La voiture a atteint la place principale de Gérone, où elle est à nouveau tombée en panne, cette fois au milieu de l’heure de pointe. Finalement, nous avons redémarrés et avant que je m’en aperçoive, nous traversions la banlieue délabrée aux toits rouges de Barcelone industrielle.
“Je n’ai jamais pensé que nous y arriverions”, a déclaré mon compagnon.
“Moi non plus”, fut ma réponse.
Nous nous sommes dit au revoir et nous nous sommes séparés.

Les dates possibles de mon rendez-vous à Madrid étaient du mardi 11 au vendredi 14 août. J’ai quitté Barcelone lundi, gardant cette fois les explosifs dans mon sac.
J’aurais pu prendre l’avion ou prendre le train, mais j’aimais faire de l’auto-stop et cela signifiait aussi que j’aurais un peu plus d’argent en cas d’urgence.

Ma destination dans la capitale était le bureau d’American Express. Au lieu d’aller à la gare pour une consigne à bagages et d’y laisser mon sac à dos, ce qu’aurait fait un anarchiste plus expérimenté, je l’ai balancé sur mon dos et j’ai descendu la carrera San Jerónimo pour récupérer la lettre pour mon contact.
C’était l’heure de la sieste et les rues étaient calmes. En tournant le coin pour entrer dans le bureau d’American Express, mon attention immédiatement été attiré par trois hommes élégamment habillés et aux lèvres serrées, portant des lunettes de soleil à monture lourde, debout près de l’entrée, marmonnant entre eux. J’ai respiré profondément et j’ai essayé de contrôler mon anxiété. En passant devant ce groupe, je suis allé au bureau d’American Express où j’ai demandé le bureau de poste restante. Un employé m’a dirigé vers un bureau au fond de la pièce.
Remettant mon passeport à la réceptionniste, je lui ai demandé si des lettres m’attendaient.
Au même moment, j’ai remarqué du coin de l’œil deux hommes et une femme assis dans une alcôve à ma droite. Encore une fois, j’ai su immédiatement qu’ils étaient des policiers. Mon estomac se retourna. Quelque chose avait mal tourné.
La fille avec mon passeport trouva ma lettre derrière elle et la sortit. Quand elle l’a fait, j’ai remarqué qu’il avait été marqué d’un morceau de papier rose de la taille d’un bordereau de bookmaker. La femme de l’alcôve, une surveillante, s’est approchée de la fille, m’apportant maintenant la lettre, lui a dit quelques mots et a retiré le bordereau.
Qu’y avait-il dans la lettre ? Que savaient-ils ? Serais-je arrêté là-bas ou attendraient-ils que j’aie rencontré mon contact ? Mais s’ils connaissaient le pick-up Amex, ils connaissaient probablement aussi les détails de mon rendez-vous.
Le superviseur a remis le bordereau à la jeune fille, indiquant qu’elle devrait le faire passer aux deux hommes dans l’alcôve. Le superviseur m’a ensuite remis la lettre et mon passeport. Je me suis retourné pour voir les deux hommes de l’alcôve sortir rapidement.
Mon diaphragme se serra encore plus et mon cœur battit comme un tambour serré. Pourtant, je me sentais curieusement détaché alors que je pris une profonde inspiration et que je sortais du bureau, essayant de garder mon visage sans expression. Rassemblant toute la confiance que je pouvais, je me suis arrêté à la porte pour regarder le groupe de cinq hommes qui se tenait maintenant d’un côté de l’entrée. Jusqu’à ce que j’apparaisse à la porte, ils étaient en pleine conversation. Ils s’arrêtèrent brièvement, échangèrent des regards entendus les uns avec les autres, et continuèrent.
Tentant l’air désinvolte d’un touriste bien nanti qui venait d’encaisser ses lettres de crédit, je suis retourné par le chemin où j’étais venu, et aussi lentement que j’ai pu. Je n’avais fait que quelques mètres quand le groupe d’hommes se mit à me suivre dans la rue, parlant encore entre eux. Mes yeux se sont précipités partout, cherchant désespérément une occasion de s’échapper. J’ai continué à remonter la carrera San Jeronimo, m’arrêtant pour regarder dans les vitrines que je passais, comme si je faisais du lèche-vitrine, mais en fait pour voir jusqu’où ils étaient derrière.
Un taxi vide s’est garé sur le trottoir à côté de moi. Mais quand le chauffeur a semblé m’inviter à monter, j’ai su que c’était une voiture de police secrète. J’étais coincé.
À ce moment-là, j’avais atteint le coin de la rue animée Cedaceros. Alors que je m’acharnais à me frayer un chemin à travers la foule, j’ai été soudainement attrapé par les deux bras par derrière, le visage poussé contre le mur et un canon de fusil enfoncé dans le bas de mon dos. J’ai essayé de tourner la tête mais j’ai été menottée avant de réaliser pleinement ce qui s’était passé. Tout était fini en quelques instants.”

Cet extrait a été publié pour la première fois dans le journal The Guardian le lundi 23 août 2004.





Le 2 septembre 1964, Carballo fut condamné à 30 ans et Christie à 20 ans de réclusion. Il n’en effectuera finalement que trois, Le pouvoir franquiste cédant sous la pression internationale

Témoignage d’octavio Alberola






PAR : bernard
SES ARTICLES RÉCENTS :
Je ne me donnerai pas la peine de pleurer, je ne me donnerai pas la peine d’avoir peur....
L’Aube a perdu sa dorure...
Rude Nouvelle : David Graeber...
Inspecteur Labavure...
My dealer is rich…
Des nouvelles du Rojava
Nomination
En pensant à Rajsfus
un 18 juin peut en cacher un autre...
13 juin.
Pollution
Chair à virus !
Copinage éphémère
Cause toujours !...
Pas de chance pour les Pieds Nickelés
Pour "Délation" composez le 17...
Meutre à Béziers
Toussez avec la Poste
c’est la guerre !
Fusion ou confusion ?
Obrigado ?
Au pays de Mickey et Donald
"Contingent rebelle". Rencontre débat à Alès (30)
Les migrants, pions d’un vieux conflit de voisinage
Chadri Sdiri
Surement un sabotage du grand complot !!!
Un ennemi public arrêté cette nuit
... mais il faut que tu t’en ailles
L’amer de glace
La honte !
Pour "les mettre à l’abri" ?
Michelin se dégonfle
Gonflés les gus
Un air de famille
Poul ka couvé zé ba canan, mé yo pa ka alé an dlo ansamn *
Attention, ça va piquer...
Fumée blanche ou fumée noire ?
Sheila, Janet, Lorrane, Rajni...
Trump’ettes de Jericho
Ancien article : Comme un sale goût dans la tronche
Faites-le taire !
Et la retraite on vous la sert comment ? - Surtout pas "à point" !...
Ami étranger, tu es trop nombreux...
Tous les hommes naissent libres et égaux. Sauf les femmes...
propos de haine ordinaire
Avortements et mariages gays légalisés en Irlande du Nord
Madame l’ambassa-triste
La lumière contre l’obscurantisme
Encore une régression sociale !
jusqu’où ?
Avenir irradieux ?
Nigra Safo, le temps d’une rencontre
Génération pénitenciaire
Complètement barge
Acquittée !
état de terrorisme. La bourse aux alibis
Divorce à l’italienne
Un tout petit peu d’air...
Y a vraiment urgence pour les urgences
C’est pour ton bien
Homard m’a tuer
Chansons...
Que le coupable se dénonce ou alors je punis toute la classe !
la reculade
Maréchal, nous voilà...
La réponse qui tue
Résistance pacifique
Un militant dans la tourmente, pour l’exemple.
Les enfoirés du Pirée.
Pour défendre le plombier polonais
Terrorisme légal
Et le Valls a mis le temps...
No comment !
Méfiance
Un réfugié parmi tant d’autres : Le caricaturiste bielorusse Denis Lopatin.
Et une [MA]c[R]onnerie de plus !
Vox populi...
Notre père qui êtes odieux.
Goaaaaal !
Actualité brûlante
Champagne !
Le coupable, c’est 68 !
Tartarin à la récré
Sévice national à l’horizon !
Des paroles, des paroles, des paroles...
stupeur
bruit de vieilles bottes
froid dans le dos
Le Pandraud le l’année
Crosse en l’air !
Tri sélectif des données d’une info...
Obso, l’essence du capitalisme
Castaner : de "castanea", châtaigne
Et avec ça, 3 "pater" et 2 "avé"...
Regardez-les passer...
Big brother is listening you
Les gilets jeunes ?
l’ajustice a encore cogné !
Comme un air de déjà vu
C’est lui qui a commencé
les accros au LBD.
Sur les traces de Ptolémée Macron *
Elle s’appelait Zineb Redouane. Elle avait 80 ans.
Non mais, qui c’est qui commande !
Hausser le thon...
En direct du direct
"I have a dream"
Quand on voit ce qui se passe ailleurs...
appel à ordure
Et ça continue...
Espèce de bachibouzouk
Le Père-Noël est une ordure
Donne-moi ta montre et je te donnerai l’heure
La connitude, ça dégouline...
Y a dix ans, un meurtre
"Zéro de conduite"
Meurtre à Marseille
il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les éprouvettes
Mad Donald
Y a pas que la banquise qui va fondre...
Electrons, piège à cons
Le salariat, père de tous les vices
Mais on n’apprend pas à un porc à cesser de se gaver. Tant qu’on remet de l’or dans son écuelle d’acier.
Seymourite aigüe
Les sages de La Haye...
Le retour de Bob l’éponge
Message de Colomb aux fachos lyonnais ?
Les coups et les douleurs
BURE
11 novembre à Joyeuse (07)
80 ans, toujours debout...
péripatéticienne de patronyme du père tout puissant !
C’est moi Le Maire, c’est toi Rugy. C’est moi le méchant, c’est toi le gentil...
vade retro, loi de 1905 !
ah, ah ,ah, ah, Pétain de toi !
Un gendarme au lycée
Expulsée
Départ vers le passé
Tristesse et colère
cherchez le militaire
Mon oncle un fameux bricoleur
C’est Bysance !
Quand passent les faisans
Fuel legal racket
La retraite sent le roussi
Kanaky, année zéro ?
Proposition de loi LR contre les black blocs adoptée au sénat
On nous ment !
Fidel à lui-même
Caché ce mot que je ne saurais croire
mort d’un journaliste
insoumis, soumets-toi !
Fo pas exagérer !
Fausse joie
"Oh, pétard !"
FO ce qui FO
Une valse à quatre sortants, comme c’est charmant, une valse à quatre sortants...
les brèves. "Ze retour"
Hidalgo parle de toits
Réquisition d’une maison pour loger les personnes sans-toit
à l’extrème droite, sur la photo de famille...
La mac(r)onnerie du jour
казакһстан
L’habit ne fait pas le moine
Happy Good Year ?
Flamanville, de la fuite dans les idées.
Collomb, top gone ?
La mémoire qui flanche
Beurk !
balle dans le pied
Laissez venir à moi...
Lasso de plomb
Bonne récupération
allez, vole petit zoziau !
Maîtresse, il m’a traîté !
Tu me prêtes ta femme ?
Quand le Collomb roucoule
Pour les Collombophiles
Les Consigny ça osent tout
Budget
Le temps de prendre l’air
Campion l’immonde
Le juste prix
hommes en blanc...
C’est le tango des bouchers de la Villette
Fake macronnesque
Pas fake
Fermez des écoles, vous ouvrirez des prisons !
Nuit à l’Assemblée
info incomplète
Ni Depardieu ni maître
LREM lave plus blanc
fausse joie
"je vois ! "
Corées graphies
A table
Fallait y penser avant !
ein BZV
verdict
C3H8NO5P
le vrai verdict
no fake
fake
une ex "prisonnière ultra médiatisée" favorable à l’emprisonnement de 2 journalistes d’investigation
Débranche !
Affaire Maurice Audin
Foutage de gueule
Le palais est trop bon avec les pauvres
Casse-toi Le Pen !
Manu 1er, petit frère des pauvres...
descente infernale
ça c’est rapé !
On leur fera payer l’addition
ça gaze !
Attaque sur la ZAD alsacienne
Un château en Suède
Déluge de bombes amorcé en Syrie
La musique qui marche au pas...
T’ar ton handicap à la récré
nedlagd ! *
les temps changent...
On s’en fout
De quoi se réjouir
Répression ou représailles ?
Brésil, campagne électorale à couteaux tirés
Dialogue social plombé en Irak
Non à l’Europe, oui à son fric
ça chauffe pour lui
Trump pas content
Décision historique
Naufragé.e.s
"Vénus noire", quel mec !
Libre choix ?
Re(ma)niement ministériel
Le permis de chasse, ça coûte un bras !
T’ar ta gueule à la mi-temps !
Le tri des ordures
l’Homme, nombril de l’univers ou trouduc intergalactique ?
L’anarchie, une amie de cinquante ans
Toujours plus haut
victimes
Louis l’anARTIste
En avant, marche !
Les habits neufs du châtelain
La propriété c’est le bol
pas la frite
on the road again
Comme un sale goût dans la tronche
Autour d’une pizza
Repas gaché
le fugitif
Ogres de barbarie
Caumare
La musique qui marche au pas...
Fermez des écoles, vous ouvrirez des prisons
Marée bleue sur la ZAD
comme une journée sans pain
49.3 nuances de gré
Choisis ton camp, camarade !
Bébert le bousier
l’argent n’a pas d’honneur
"Ecce homo ! "
Education Nationale : une porte ouverte sur l’Armée
État de terrorisme
Terrorisme d’Etat
L’noisavé
Alors, rat... compte !
Révoltée !
C’est pour ton bien
Usine d’aliénés
Prédateur Social
Fourrière pour tous
Maudits codes-barres
Troisième démarque
11 novembre 2015, intervention à Joyeuse (Thème « exodes »)
Nigra Safo, le temps d’une rencontre
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler