Théories politiques > Revue d’études proudhoniennes
Théories politiques
par René Berthier le 26 avril 2020

Revue d’études proudhoniennes

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4742

La Société Pierre-Joseph Proudhon est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et créée en mai 1982.
Elle a pour objectif de vulgariser et de répandre les idées du socialisme anti-autoritaire et du fédéralisme de Pierre-Joseph Proudhon, d’étudier et d’actualiser cette pensée, en fonction des acquis récents en sciences humaines et sociales, ainsi que des problèmes contemporains, d’être un lieu d’échanges et de confrontation – tant sur le plan français qu’au niveau international – entre tous ceux (chercheurs, enseignants, militants, etc.) qui acceptent comme règle le pluralisme économique, politique et idéologique.




La Société P.-J. Proudhon, site vient de sortir le numéro 5 de la Revue d’études proudhoniennes en ligne.

Un sommaire dense attend les personnes intéressées par notre Bisontin préféré :

Introduction
♦ De l’utilité et de l’inconvénient des interprétations des événements révolutionnaires de 1848. Quelques considérations à contretemps

Organiser le travail ou le crédit ?

♦ Olivier Chaïbi : Quel crédit pour les socialistes en 1848 ? Les systèmes bancaires socialistes sous la Seconde République
♦ Christos Andrianopoulos : Louis Blanc, le rôle de l’État en 1848 ou l’ultime expression de l’utopie
♦ Chantal Gaillard : Proudhon, critique de l’intervention de l’État dans l’économie Des idées de Louis Blanc aux Ateliers Nationaux et à la Commission du Luxembourg

Réactions
♦ Nicolas Eyguesier : La suppression de la chaire d’économie politique au Collège de France (1848)
♦ Georges Navet : Adolphe Thiers, Eugène Sue, et les « petits traités » de l’Académie des Sciences Morales et Politiques
♦ Hélène Desbrousses : La célébration de la défaite du socialisme dans le Dictionnaire de l’économie politique

Regards internationaux
♦ Helen McCabe : ‘There never was a time when so great a drama was being played out in one generation’: John Stuart Mill and the French Revolution of 1848
♦ Bernard Peloille : La question du droit politique, et Lamartine, Ministre des affaires étrangères du Gouvernement provisoire de la deuxième République
♦ René Berthier : Le Printemps de quels peuples ? La question des nationalités en 1848-1849 dans les écrits de Bakounine, Marx et Engels
♦ Carolina Armenteros : Le 1848 de Juan Donoso Cortés (1809-1853)

Varia
♦ Frédéric Krier : Retour sur la controverse entre Friedrich Engels et Arthur Mülberger, « proudhonien » allemand, sur la question du logement

* * * * * * * * * *

Précisons qu’il est possible de trouver sur le site de la Société P.-J. Proudhon des liens vers différents colloques en relation avec Proudhon :

• 1848 Démocratie de la misère, misère de la démocratie, vie et mort du premier socialisme.
• Colloque 2017 : Proudhon et l’idée de révolution.
• Colloque 2016 : Proudhon et l’autonomie du social.
• Colloque 2015 : Proudhon et l’Europe.
• Colloque 2014 : P.-J. Proudhon et l’histoire : politique, révolution, anarchie.
• Colloque 2013 : Proudhon et les identités ouvrières.

On trouve également sur le site une rubrique « Archives proudhoniennes » dans laquelle « sont publiés depuis 1995 des études spécialisées sur la vie et l’œuvre de P.-J. Proudhon, ainsi que des documents et textes inédits ou rares de l’auteur. »

Les moyens d’action de la société sont :
Un colloque annuel, qui a lieu en novembre ou décembre.
Une revue d’études proudhoniennes en ligne et libre d’accès (voir onglet Revue d’études proudhoniennes)
Les séries de publications Les Travaux de l’Atelier Proudhon et Les Cahiers de la Société Proudhon qui comportent des études spécialisées sur Proudhon ou sur d’autres auteurs de son époque, les Actes rendant compte des Colloques organisés par la Société, et Les Archives proudhoniennes qui mettent à disposition de tous des documents inédits ou rares (voir rubrique « Catalogue » dans l’onglet Publications).
Un fonds Proudhon, bibliothèque rassemblant la documentation accessible à tous les membres de l’Association et aux chercheurs. Elle se trouve au CEDIAS – Musée social, 5 rue Las Cases, 75007 Paris.
Cotisation annuelle : 10 euros

R.B.
PAR : René Berthier
SES ARTICLES RÉCENTS :
L’ Internationale syndicale rouge (20e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (19e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (18e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (17e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (16e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (15e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (14e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (13e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (11e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (12e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (10e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (9e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (8e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (7e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (6e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (5e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (4e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (3e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (2e partie)
Santé publique: Exigeons des comptes !!!
Histoire : L’Internationale syndicale rouge (1ère partie)
Pour un Nuremberg de la casse hospitalière
COVID-19 vs fondamentalistes protestants
"Eurabia". 4e et dernière partie
"Eurabia". 3e partie
"Eurabia". 2e partie
« Eurabia »
La fin de l’anarchisme ?
Guillaume Davranche : Dix questions sur l’anarchisme
Ancien article : Ordre moral et partouze sado-maso
Réflexions sur Proudhon et la propriété
Germinal juin 2019
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (9e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (8e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (7e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (6e partie)
La violence sociale est la pire des violences !
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (5e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (4e partie)
Des nouvelles du Brésil
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (3e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (2e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (1e partie)
Les taureaux catalans pour l’indépendance ?
« Policiers, suicidez-vous » ?
Terrorisme ou insurrectionalisme ?
Tierra y Libertad
Nito Lemos Reis
feliz aniversario
Portugal : Sortie du dernier numéro de la revue A Idea
Recension et commentaire du livre de Reiner Tosstorff, The Red International of Labour Unions (RILU) 1920-1937
Ordre moral et partouze sado-maso
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler