Les articles du ML papier > "Passe sanitaire mon Q", comme dirait Zazie
Les articles du ML papier
par J. C. Lénervé le 4 octobre 2021

"Passe sanitaire mon Q", comme dirait Zazie

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5995

Article extraite du Monde libertaire n°1831 de septembre 2021
Ayez confiance disent-ils... Bien que vacciné volontaire et enthousiaste, pas question que je montre mon code Q à des inconnus. Va savoir ce qu’ils pourraient en faire.




J’ai beau faire partie des vaccinés volontaires, je reste d’une timidité de violette pour ce qui est de montrer les informations contenues sur le code Q aux requérants qui le demanderont. « Discrétion mon Q » comme aurait dit Zazie, l’érotisme, oui, le strip-tease, non. Pas touche à mes données personnelles. Bas les pattes. Une fois l’accès aux « données essentielles » rendu possible, quid de celles jugées un peu moins essentielles mais auxquelles, rien qu’en relevant le clapet des téléphones [note] une multitude d’« autorités », les contrôleurs, nos amis de la force publique, les potards, les pirates, tous ceux qui salivent à la perspective du bon data gâteau bientôt offert, pourront avoir accès.

Le secret garanti par le « niveau très élevé de protection » censé protéger ces données devrait ressembler à celui d’une conversation téléphonique écoutée par Pegasus alors qu’il serait si simple et moins coûteux de ressortir les livrets de vaccination en papier-carton jaune sur lequel les vaccins effectués et les informations afférentes sont inscrits. Le risque de « faux » ? Des orfèvres numériques s’occupent déjà de contrefaire les fameux codes Q. Évidemment, à l’heure de la techno et du tout connecté, Macron devrait choper la honte avec un retour au papier et à la prochaine réunion du G20, ses collègues devraient l’envoyer au coin compter les pièces jaunes ; le poste est déjà occupé ? Enfin, on notera que ce gouvernement qui lance des appels solennels au sens de la solidarité, à la responsabilité individuelle et collective, à la raison, s’emploie continûment le reste du temps à promouvoir l’attitude opposée, celle du renard libéral qui plume le poulailler collectif.

En attendant le jour où nos amis du Medef et les exilés fiscaux feront preuve de solidarité à notre égard, par ordre du gouvernement, dès le 9 août, je serai empêché de participer au mouvement national en faveur du rétablissement de la surconsommation. Finies les après-midis passionnantes faites de lèche, oubliées les files devant les distributeurs de pop corn des cinémas, la fréquentation des boutiques qui vendent des tee-shirts « made by kids of Bangladesh », oubliés les retards dans les TGV surpeuplés. Tant pis pour la fréquentation de lieux aussi essentiels que les restaurants ou les brasseries aux plats sans saveur mais aux additions salées ou encore les rave parties à musique industrielle qui sont déjà interdites. Quant à mes vacances, désormais limitées à Paris plage et au terrain devant mon bâtiment, elles ne seront guère différentes de celles de cet enfant sur trois qui en est privé chaque année [note] . En revanche, l’augmentation d’activité de l’Amazon de notre camarade Bezos Jeff provoquée par ces interdictions devrait lui permettre de s’offrir assez de kérosène pour atteindre la lune. Il pourrait effectuer un voyage groupé avec ses collègues exploiteurs, ceux des livreurs de roue. L’aller, seulement, ce qui sera suffisant.

On accuse à tort Macron d’être l’initiateur de cette mesure alors que c’est plutôt du côté de la « convention citoyenne pour le climat » qu’il faudrait chercher les responsables. Or, qui vante les mérites d’une sobriété consumériste accrue, de la diminution du gaspillage énergétique et des ressources naturelles sinon ses participants ?  Quant à l’ultime argument des opposants, l’impossibilité de travailler des refuzniks du tour de passe-passe sanitaire, soyez positifs ! Cette situation peut devenir l’opportunité de changer de vie, de tenter un mouvement d’ampleur en vue d’une « organisation collective de la production et de la consommation des biens » ou au moins de relire quelques classiques, Travailler deux heures par jour, Le droit à la paresse ou La conquête du pain, par exemple. Certes, entre les crédits devenus quasi-obligatoires, le coût des transports, les augmentations du prix du gaz, de l’électricité, des carburants et les prix délirant des loyers, la situation risque de devenir rapidement problématique.
C’est pourquoi les slogans scandés par les manifestants au cours du prochain samedi après-midi devraient apporter un peu de notre reconnaissance au premier de cordée visionnaire, emprisonné volontaire pour ne pas risquer de confier les informations sensibles présentes portés sur le code Q de son passe sanitaire à des vérificateurs non habilités à l’accès au niveau « Très secret » défense. Isolé au fond d’une cagna où ses seules connexions sociales sont virtuelles, le sacrifice de cet auto-confiné au nom de l’intérêt commun témoigne de l’attitude d’un grand chef qui mérite notre respect. Et des vacances éternelles.

J.C. Lénervé

PAR : J. C. Lénervé
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 17 octobre 2021 10:59:06 par Alexandre

C’est avec beaucoup de désarroi que je constate une fois de plus que mes "frères et soeurs" anarchistes tombent dans le piège du fétiche collectivo-positiviste. Je pense d’abord à ceux qui n’ont pas du tout accepté "volontairement" de se faire vacciner, mais y ont été contraints. Je leur souhaite donc que ce fétiche collectivo-positiviste, outil principal d’une manipulation d’envergure jamais observée visant à un l’instauration d’une politique autoritaire, ségregationniste et finalement meurtrière soit le moins nocif possible. C’est à dire, au mieux, quelque chose d’inutile.