Luttes syndicales > Actualités des luttes de précaires au 1er février
Luttes syndicales
par Réseau Stop Précarité le 4 février 2019

Actualités des luttes de précaires au 1er février

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=3859

1. CHASSE AUX CHÔMEURS

Le Décret du 30 décembre _« relatif aux droits et aux obligations des demandeurs d’emploi. » aggrave les sanctions à l’égard des demandeurs d’emploi. En cas d’absence à un rendez-vous, à une prestation ou une formation, en cas de refus de deux offres raisonnables d’emploi, et en cas d’insuffisance de recherche d’emploi, LE DEMANDEUR EST RADIÉ UN MOIS LA PREMIÈRE FOIS, DEUX MOIS LA SECONDE ET QUATRE MOIS LA TROISIÈME. Les allocations ne sont plus suspendues mais définitivement supprimées. L’offre raisonnable d’emploi est définie sans prise en compte du salaire perçu antérieurement et de la distance du domicile. Cela signifie qu’un demandeur ne peut plus refuser un emploi moins bien rémunéré ou très éloigné de chez lui. LE DÉCRET SUPPRIME ENFIN LES DERNIERS GARDE-FOUS QUI RESTAIENT, à savoir l’autorisation préfectorale pour les pénalités administratives, les radiations et la suppression des allocations : maintenant la direction de Pôle emploi concentre tous les pouvoirs : juge, juré et bourreau. AC !, APEIS, CGT CHÔMEURS REBELLES, CIP-IDF ET MNCP DEMANDENT L’ABROGATION DE CE DÉCRET, NOUVELLE ÉTAPE DANS LA CRIMINALISATION DES CHÔMEURS DE MÊME QUE CGT, CLL, FO, SFU ET SUD DE PÔLE EMPLOI QUI APPELLENT À LA GRÈVE LE 5 FÉVRIER POUR LE RENFORCEMENT DE LEURS MISSIONS D’ACCOMPAGNEMENT ET LA CDISATION DE TOUS LES CDD. Pendant ce temps le MEDEF, la CGPME et l’U2P ont quitté les négociations de l’assurance-chômage, en s’opposant au bonus-malus qui permettrait de limiter le recours aux contrats courts.

2. MARCHE DES BLESSÉS LE 2 FÉVRIER, GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE LE 5

L’Acte XII des Gilets Jaunes samedi 2 dénonce les nombreux et très graves blessés des tirs policiers, et une MARCHE DES BLESSÉS PARTIRA DE LA PLACE DAUMESNIL À PARIS À 11H30. UN MANIFESTE POUR L’INTERDICTION DES FLASHBALLS ET GRENADES est lancé par les blessés. Le Conseil d’Etat a hélas rejeté le 31 janvier la requête en
urgence de la CGT, de la LDH et de blessés de suspendre l’usage par la police des flash-balls ou LBD 40 dans le cadre du maintien de l’ordre.

La CGT appelle à la grève le 5 février sur les revendications des gilets jaunes en termes de hausse des salaires et minima sociaux et de Justice fiscale. Solidaires appelle à une grève générale reconductible. RDV À 14H PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE À PARIS POUR LA MANIFESTATION.

3. MATERNITÉS ET HÔPITAUX EN LUTTE CONTRE FUSIONS ET FERMETURES

Si le personnel de l’Hôpital Pinel d’Amiens après 7 mois de grève a obtenu des créations de postes ( mais pas de réouverture de services), la fusion de 3 hôpitaux psychiatriques parisiens menace gravement l’accès aux soins et leur qualité. Quant aux maternités de villes moyennes, dont 40 % ont fermé en dix ans, 35 autres sont menacées de fermeture. Leurs collectifs de défense réunis le 26 janvier à Bernay (Eure) préparent des États généraux et envisagent
des actions en justice pour mise en danger de la vie d’autrui du fait de la distance à parcourir dans des déserts obstétriques.

4. LA POSTE DOIT NÉGOCIER AVEC LES POSTIER-E-S EN GRÈVE DES HAUTS DE SEINE

Après dix mois de grève sans salaire, les 150 postier-e-s des Hauts de Seine exigent de la Poste l’ouverture de réelles négociations sur leurs revendications, arrêt des réorganisations augmentant charge et temps de travail, CDIsation des CDD et intérimaires, arrêt de la répression anti-syndicale et réintégration de Gaël Quirante, délégué SUD licencié abusivement malgré le refus de l’inspection du travail ; ils ont été brutalement expulsés par les CRS du siège de la Poste le 30 janvier et de celui de la Banque Postale le 31, où ils demandaient l’ouverture de négociations ( Vidéo sur https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2270479939895579&id-100008007855558).
Soutenez les en versant à la caisse de grève en ligne :
https://www.lepotcommun.fr/pot/kgmfkl66 [1] ou en envoyant un chèque à
l’ordre de SUD Poste 92 au 51 rue Jean Bonal 92250 La Garenne Colombes,
car une lutte aussi exemplaire nous concerne tou-te-s et doit gagner.

5. STOP À LA VIOLENCE PATRONALE CHEZ GREEN FACTORY

Suite au non respect du protocole de fin de conflit de l’été dernier et aux tentatives de licenciement de plusieurs salariés dont la déléguée du personnel, la majorité des salariés avec le soutien de SUD Commerces et Services est en grève illimitée avec occupation de la boutique 17 rue Lucien Sampaix.

6. REQUALIFICATION EN SALARIÉS DE COURSIERS ET VTC UBÉRISÉS

Les auto-entrepreneurs gérés par des plateformes ( VTC ou coursiers Deliveroo, Uber Eats, Foodora..)

commencent à s’organiser et obtiennent des victoires juridiques. Après la reconnaissance fin novembre par la Cour de Cassation DU LIEN DE SUBORDINATION avec la plateforme Take Eat Easy d’un livreur victime d’un accident du travail, la Cour d’Appel de Paris a en janvier reconnu ce même lien entre un chauffeur VTC et Uber. Les coursiers
soutenus par Solidaires, la CGT, la CNT, demandent des garanties de rémunération, de temps et conditions de travail, et une protection sociale. Une Coordination européenne a été créée à cet effet à Bruxelles en novembre. Cf le CLAP, Collectif des livreurs autonomes de Paris ( livreursautonomes75@gmail.com)

7. REFUS DU PLAN SOCIAL DE FORD BLANQUEFORT PAR L’ADMINISTRATION
DU TRAVAIL

La DIRECCTE de Nouvelle Aquitaine a rejeté le plan de licenciement des 800 salariés de Ford Blanquefort en estimant que Ford n’avait pas sérieusement étudié l’offre de reprise de Punch Powerline, alors que la loi Florange l’impose. Cette décision donne un répit d’un mois minimum aux salariés, au repreneur et à l’Etat pour améliorer le projet de reprise, la CGT demandant la réquisition de l’usine, dont le gouvernement a menacé Ford au vu des aides publiques reçues.

8. LUTTES ÉTUDIANTES ET UNIVERSITAIRES

LA COORDINATION NATIONALE DES COLLECTIFS EN LUTTE CONTRE LES RÉFORMES BLANQUER ET CONTRE PARCOURSUP réunie le 19 janvier exige l’ABROGATION DES RÉFORMES BLANQUER, SUR LE BAC, LE LYCÉE GÉNÉRAL ET TECHNOLOGIQUE, SUR LE LYCÉE PROFESSIONNEL ET SUR PARCOURSUP (LOI ORE) qui causent une dégradation brutale du service public d’éducation, des suppressions de postes massives, la concurrence généralisée entre les établissements et les disciplines, une explosion des inégalités sociales et territoriales. Elle condamne TOUTES LES FORMES DE RÉPRESSIONS, ADMINISTRATIVE ET POLICIÈRE ET DÉFEND FERMEMENT LA LIBERTÉ D’EXPRESSION, DE RÉUNION ET DE MANIFESTATION DES PERSONNELS, DES ÉLÈVES ET DE LEURS PARENTS. Elle apporte son soutien inconditionnel à toutes les victimes de ces répressions. Elle
DEMANDE UNE CARTE ÉLARGIE DU RÉSEAU D’ÉDUCATION PRIORITAIRE et S’OPPOSE À LA FERMETURE DES CIO (CENTRE D’INFORMATION ET D’ORIENTATION) ET À LA SUPPRESSION DES POSTES DE PSY-EN, illustrant
magistralement le double discours du Ministre prétendant améliorer l’orientation tout en fermant les structures qui s’en occupent… pour mieux ouvrir un vaste marché au privé !

Etudiants et universitaires refusent également LE TRIPLEMENT DES DROITS D’INSCRIPTION POUR ÉTUDIANTS NON COMMUNAUTAIRES et exigent le droit à la poursuite de leurs études de Victor et Mika interdits d’accès à l’Université de Nanterre pour leur activité militante aux côtés des sans facs.

RENDEZ-VOUS, PERMANENCES :

LUNDI 4 FÉVRIER DE 19H À 21H , COURS GRATUIT DE DROIT DU TRAVAIL DU RÉSEAU STOP PRÉCARITÉ SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE, Bourse du Travail annexe 67 rue de Turbigo, RDC ( M° République ou Arts et
Métiers), par des juristes du travail bénévoles et syndicalistes CGT, CNT et Solidaires.

SAMEDI 16 FÉVRIER DE 10H À 12H, COURS GRATUIT DE DROIT DU TRAVAIL DE L’UL SUD/SOLIDAIRES : LES DROITS DES SALARIÉS EN CDD ET INTÉRIM, salle de quartier 111 rue André Karman, Aubervilliers

LUNDI 18 FÉVRIER DE 17H30 À 19H15 (ainsi que chaque 1er vendredi du mois), PERMANENCE CONDITIONS DE TRAVAIL ET SANTÉ ouverte à tous du Collectif Ne plus perdre sa vie à la gagner, Bourse du Travail 3 rue du Château d’Eau (M° République)

PAR : Réseau Stop Précarité
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler