Chroniques du temps réel > Affect ou éthique?
Chroniques du temps réel
par Evelyne Trân le 24 août 2021

Affect ou éthique?

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5892




Au cours d’une discussion, j’ai fait part à une amie du sentiment de rage que j’éprouvais face à des personnes défendant le colonialisme. Elle m’a demandé s’il s’agissait d’un rejet affectif ou de principe. J’ai répondu les deux. Qui peut sciemment supporter l’humiliation, l’asservissement et la soumission ? Les descendants des esclaves n’ont pas oublié la flétrissure subie par leurs ancêtres. Les enfants de peuples colonisés ne peuvent faire abstraction de l’histoire coloniale. Nous ne nous en rendons toujours pas compte mais les drames, les tragédies des aïeux nous poursuivent.

Je me suis souvent rendue à l’évidence qu’il n’était pas possible de discuter avec une personne tenant des propos racistes. Et puis j’ai souvent pensé « Nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde ». Cela n’empêche pas de communiquer sur d’autres sujets, après tout. Chacun reste sur sa position et la vie continue…

N’importe comment je suis amenée à me demander si l’humain n’est pas dominé par ses affects. Je veux bien le croire car ceux-ci sont les parents pauvres de la conscience. Ils seraient qu’on le veuille ou non les marqueurs de notre identité individuelle par rapport à la conscience collective ou tout simplement par rapport à tout interlocuteur « qui ne peut pas comprendre parce qu’il n’est pas à notre place ». L’indignation, la colère, la révolte, le sentiment d’injustice, le mépris, toute une gamme de sentiments allant de la haine à l’amour recouvrent une bonne partie de ces affects, Ils parasitent les voies de communication, notre capacité de raisonnement s’y heurte toujours mais cela ne les empêche pas de s’engouffrer dans les discours politiques ou religieux ou même philosophiques, et là ils prennent le pouvoir !

Comment s’étonner alors que le monde, notre monde soit à feu et à sang. D’un autre côté si nous n’avions pas d’affects, nous ne serions pas humains. Souvenons du grand ordinateur, « l’ordonnateur » dans 2001 ou l’odyssée de l’espace qui exprime sa terrible angoisse d’être débranché. Il avait été programmé pour prendre le pouvoir, mais sa faille c’est d’avoir été inventé par l’homme ...

Dans la nouvelle Amour Maupassant livre l’émotion d’un chasseur face à un couple de sarcelles. Venant d’abattre la femelle, il observe le manège du mâle qui en dépit du danger s’en approche pour la chercher, se faisant tuer à son tour. Maupassant fait cette amère constatation « Je suis né avec tous les instincts et les sens de l’homme primitif tempérés par des raisonnements et des émotions de civilisé. ».

Nous ne pouvons pas nous mettre à la place des autres. Un professeur me disait « Vous ne pouvez pas porter tous les malheurs du monde sur les épaules, il faut relativiser car nous sommes 7 milliards d’habitants ». Il me disait aussi « A chacun sa croix ». Mais aurais-je dû lui rétorquer « Nous faisons partie du même monde, nous avons peu ou prou les mêmes besoins, les mêmes référents, le soleil, la lune, le jour, la nuit, l’amour et la haine ».

Pour ma part, j’aurai voulu comprendre l’origine du racisme, de l’homophobie, des guerres dévastatrices, de l’oppression des femmes etc. Je me dis que des humains ont cultivé et cultivent toujours les ferments de racisme, de guerre, d’homophobie, du mépris de la femme etc.

Alors oui enfonçons les portes ouvertes, il appartient à ceux qui ont choisi les valeurs de tolérance, liberté, égalité, fraternité de les éprouver au jour le jour pour les défendre vaille que vaille.
Sans mesure, il n’y aura pas possibilité de débat, il y aura toujours cet écueil de l’affect pour le pire et le meilleur mais cela nous concerne tous.

Eze, le 23 Août 2021
Evelyne Trân



PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
La passeggiata del brigadiere a Roma, città aperta
Conférence de soutien à Tran To Nga
Le brigadier a l’âme slave
Le soleil n’a pas encore disparu !
Des nouvelles du procès de Tran To Nga contre les fabricants de l’agent orange
Le brigadier en ce début d’octobre
Le brigadier rencontre Romain Gary
Le brigadier rencontre Camus
Le brigadier du temps perdu
La rentrée du brigadier
Exposition sur l’agent orange
Le vigile et la flûte traversière
Le brigadier a-t-il son pass ?...
Poupée en chiffons
Quand le brigadier rencontre Proudhon et Courbet
Bon anniversaire Francis Blanche !
Le brigadier toujours en Avignon
le brigadier festivalier
Le brigadier en Avignon
Le brigadier pour ce premier jour d’été
le brigadier de la mi-juin
Le brigadier frappe à la porte du ML
Ecoutez, c’est le brigadier...
Les voilà, Les trois coups du brigadier
Procès intenté par Madame TRAN To Nga à l’encontre de 14 firmes américaines.
L’agent orange-dioxine. Le tribunal d’Evry fait la sourde oreille
V’la le brigadier qui va reprendre du service
???? Cascade d’un poème ou quelle mouche te pique ????
L’agent orange-dioxine
Histoire d’un maillon faible
Vive les librairies d’occasion !
De Déborah Levy à George Orwell
Le printemps de la poésie
Les chants révolutionnaires d’EUGENE POTTIER (1816-1887)
Ma Chère Montagne
Ma terre empoisonnée de Tran To Nga
Les Grandes Traversées d’Helen JUREN
Brigadier même pas mort !
D’Anne Sylvestre à Camus
L’agent orange-dioxine : Résumé du procès qui a débuté ce 25 Janvier 2021 à Evry.
L’agent orange-dioxine
Passé, présent, futur
Pour qui vous prenez-vous ?
Bas les masques !
Les mots parlent d’eux mêmes
En attendant Godot... Isabelle Sprung.
Histoire de bus.
le brigadier tapera trois fois
Un biptyque
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 24 août 2021 15:07:31 par Luisa

Merci, mais ….
À multiplier les meetings, à agiter les rancœurs et les frustrations de la « crise » comme ils disent, les tentateurs voient leurs efforts couronnés de succès. Dans les arrière-salle et autres, on galvanise son public d’aigris, de déçus et d’appauvris, bientôt prêts à en découdre avec l’Étranger et le complot international qui minent le commerce pour nous asphyxier évidemment !
Épaisses jalousies ataviques cherchant le coupable à tant d’injustice et de mal-être, le trouvant dans l’Étranger si différent !
Les assassins sont dans l’absurdité et la fatalité.
Dans les villes aussi.